Paris le bonheur Haussmannien

Posted by:Laura Posted on:Avr 7,2017

Le bon parisien peut vous parler des maints lieux touristiques de Paris, de cette longue liste des musées, des jardins et des monuments liés à l’histoire politique et artistique de la ville des Lumières. Ce dit cocktail prendra une semaine de visite à lui seul du matin au soir. Les incontournables sont bien connus et impossible à rater.

Mais, on oublie aussi que Paris est la ville des ponts et des canaux, plus de 37 ponts qui jalonnent et enjambent la Seine et que l’histoire est bien liée au développement  social, politique, économique et urbain. Chaque pont et chaque passerelle qui jalonnent le fleuve de la Seine traversant Paris, a une histoire, un besoin et un architecte ou un monarque qui a donné le coup d’envoi  d’une telle entreprise.

Lorsque vous contempler ces ponts, regardez en profondeur les lignes de l’histoire qui l’ont devisé. Prenant l’exemple de la passerelle de Léopold-Serdâr-Senghor,  appelée dans le temps la Passerelle de Solferino, inaugurée par Napoléon III en 1861, après la victoire de la Bataille de Solferino, reliant le Quai Anatole-France et le Quai des Tuileries. Et, cette même passerelle s’est reconstruite par  l’architecte Marc Mimram, en formule métallique est couverte de bois exotique et inaugurée en 1999.

A lire et à chercher ces parcelles informatives  sur les ponts parisiens, on retrouve des facettes sublimes et enivrantes de cette histoire parisienne, à la fois mystérieuse et polémique. Vous avez plus de 45 passerelles piétonnes à traverser et plus de 35 ponts historiques à enjamber.

Prenez votre temps à les admirer, chaque passerelle que vous allez traverser va vous relier à un quartier ou un quai de l’autre rive. Les terrasses des restaurants et des cafés de la Seine sont partout au long de votre passage, profitez au maximum de cette foule piétonne, aspirez la fraîcheur matinale ou noctambule qui vous invite à comprendre ce parfum indémodable de Paris.

Les plus beaux canaux de la ville de Paris traversent les quartiers chics dits aussi l’échiquier  flamboyant de G.E Haussmann, le père  du vaste plan de rénovation de Paris sous le Second Empire  de Napoléon III

Un projet qui a métamorphosé les facettes peu commodes de la vie parisienne lors de ces temps, plus de 18 ans de travaux qui ont touché l’urbanisation de tout Paris, anéantissant plus de 18000 maisons et écrasant des quartiers ouvriers néfastes pour l’image de la capitale et sa sécurité. Allant des rues aux boulevards, de la réglementation architecturale des façades des immeubles et des demeures parisiennes,  aux traçages du réseau d’adduction d’eau potable et des égouts, à la création des zones vertes et des grandes places et des esplanades, Haussmann s’est bien attiré la foudre des politiciens et du peuple de ce temps mais Paris profite aujourd’hui de cette vision futuriste et coûteuse de cet ingénieux parisien. Alors qu’attendez vous pour juger !


Laura

No description.Please update your profile.

LEAVE A REPLY